Posted by: On 02 juillet, 2014 Category: Actualités, News Ambassadeurs Partager sur Twitter Partager sur Facebook

LE CORSICA RAID version XX

Les gagnantes du corsica raid 2014

 

Dans ce type de raid long avec assistance, c’est toujours un grand soulagement quand le départ est donné car il y a la course avant la course !!

Il nous a d’abord fallu trouver des partenaires, car même en étant invitées, le budget et le matériel nécessaires étaient trop importants pour qu’on puisse y participer seules. D’abord notre club XTTR63 nous a fourni beaucoup de matériel et de soutien, puis c’est grâce à la société Inoprod et à Pascal que l’on a pu vivre cette aventure ! Se sont greffées ensuite les aides de Running Shop et Oxsitis : nous avions tout le nécessaire, il ne nous restait qu’à envoyer du gros et prendre du plaisir !

préparatifs corsica raid Oxsitis

Nous sommes organisées à distance (entre Clermont, le Puy en Velay, et Grenoble) pour toute la préparation du matériel de VTT, de trail, de canyoning, de kayak, de bivouac… Finalement, à l’instar du raid, tout s’est bien passé puisque nous n’avons rien oublié… ou presque ! Il nous a manqué 2 choses : d’abord un récipient de 500mL pour faire chauffer de l’eau en cas de problème en course (matériel obligatoire) : merci à l’équipe Lafuma de nous avoir dépannées ! mais aussi le PQ ! Ce n’était pas inscrit au matériel obligatoire, mais pourtant ceux qui connaissent bien Carine savent combien il lui est indispensable ! ;-) A défaut d’en avoir, nous partons avec 10 rouleaux de strap (chevilles fragiles obligent !!) Notre visite prolongée du maquis Corse nous confirmera par la suite que l’on ne peut compter sur les douces feuilles des arbres ! Heureusement le troc à du bon, et les Pietra sont un bon argument !

départ ile de beauté corsica raid Oxsitis

Nous voilà donc en Corse, après 10 jours de prépa logistique, 1 trajet en avion ou une nuit en bateau et 1 kayak récupéré au vol. Pauline est survoltée lorsque nous la rejoignons sur la place de Pietrosella (au sud d’Ajaccio). Les vérifications du matériel seront express, et le briefing succinct (tout est dans le règlement, le road book, les 14 fiches techniques, les news letters…). Les équipes sont présentées une à une, et un maillot blanc de course nous est remis : il ne doit plus nous quitter sous peine de pénalité ! C’est top de remettre son t-shirt « blanc » qui a vécu 5 jours de raid après sa douche. Une seule solution pour partir propre le lendemain : gagner un maillot d’étape. Nous allons faire des jaloux avec nos t-shirts roses propres gagnés tous les soirs du raid !

 

 

J1 : Coastering 0.5km – Kayak de mer 6km – Coastering 2.2km – Canyon marin – Coastering 2.2km – Kayak de mer 7km – VTT 28km

Départ type 24h du Mans en kayak pour Carine et moi, sous le soleil, qui ne nous quittera jamais. Les filles d’Eurexia sont devant et mènent un train d’enfer : la course est déjà lancée, impossible pour nous d’être raisonnables et de les laisser partir. On pagaie, on s’accroche, on a mal aux bras : ça promet !départ corsica raid Oxsitis

On découvre ensuite le coastering : quesaco ? Une course ou devrait-on dire plutôt un crapahut sur les rochers abrasifs du bord de mer, avec le matériel obligatoire + les combinaisons + le matériel de cordes : ça réchauffe ! J’y laisse un premier morceau de doigt ! C’est déjà l’heure du premier « canyon », on se jette dans la mer depuis une tyrolienne, puis on nage entre les rochers pour les escalader et sauter de l’autre côté : entre 3 et 12m de haut ! C’est haut… on a même le temps de crier 2 fois pendant le saut ! On se croirait en vacances en Corse (sauf que si j’avais été en vacances, j’aurais réfléchi à 2 fois avant de sauter…). On prend notre 1er avertissement du staff : nos t-shirts roses saillants sont cachés sous les combinaisons, et ce n’est pas bien ! Mais on sent déjà la convivialité et le ton taquin des organisateurs.

On rejoint Pauline au départ du VTT, dernière épreuve de la journée, après une courte mais intense natation avec combis, baudriers et baskets, puis un 2nd coastering et kayak. Pauline préserve son dos, et ne fera que le vtt aujourd’hui.

Pendant ce temps, les joies de l’assistance commencent pour elle : elle arrive en même temps que nous au CP, c’est la course dans la course, et dans la précipitation, on oublie le check de départ : 5’ de pénalité !

Carine et Pauline partent sur le vélo avec l’appréhension de ce terrain Corse qu’elles ne connaissent pas encore : les chemins vont-ils être techniques ? L’orientation sera-t-elle difficile ? Finalement les choix stratégiques sont les bons, elles envoient du gros (les filles d’Eurexia sont parties justes devant elles, du coup elles sont au taquet !) Et malgré la recherche d’une balise qui était seulement un PPR (traduction en Corse : point de passage recommandé), elles arrivent premières au bout de cette intense mais promettante journée.

Du côté de l’assistance, je m’active pendant que les filles roulent. Le rôle d’assistant est primordial dans ce type d’épreuve, et l’entraide et l’organisation y sont indispensables. D’autant plus lorsque comme nous on se donne le relais sans assistant supplémentaire ! D’abord trouver quelqu’un pour nous aider à transporter puis charger le kayak sur le camion, bien sûr lui rendre la pareille, puis une fois à l’arrivée du vtt, c’est parti pour l’organisation du camion : une caisse pour chaque épreuve du raid, et pour quand on sera vraiment fatiguée, c’est même écrit dessus !

Première véritable cérémonie, et on gagne notre t-shirt rose de leader féminin ainsi que nos premières bières (qui ne seront pas les dernières !) La nuit est courte et on enchaine sur le 2ème jour…

 

J2 : trek 20km (1900D+) – Trek 13km (500 D+) – VTT 26km (1200 D+) – Trek de nuit 19km (1575 D+) pour nous, au total 42km (2270 D+)

Transfert routier pour démarrer, jusqu’à Bastellica. Ce jour là, Pauline en assistance va faire 6h de route… il y a des fois où il vaut mieux être en course !

De notre côté, on s’attaque au Monte Renoso : 20km de trail avec 1900m D+ : un joli morceau !

Ces départs en masse sont piégeux pour les équipes : on se laisse vite embarquées par les erreurs des autres équipes. Après une petite erreur qui ne nous coûtera pas beaucoup de temps, nous prenons un peu plus loin la bonne arrête à l’Est alors que l’on voit de nombreuses équipes devant nous s’embarquer sur une autre plus au Nord. Ca fait du bien au moral de se savoir sur le bon chemin et de les voir galérer (il y a un petit côté sadique à apprécier de voir les autres se planter, mais à ce moment là on s’en fou, surtout Carine qui souffre de la chaleur et mettra 30minutes à manger sa barre !)

CO de nuit corsica raid OxsitisOn arrive sur les crêtes sommitales, et on découvre surprises que l’on est la 1ère équipe fille, à seulement 30 minutes des premiers : c’est top !

On avance sur de belles crêtes jusqu’au Monte Renoso : c’est magnifique, on se régale ! Et enfin c’est la descente par le lac de Bastan.

Pauline relaie Carine et on repart pour 13km de trail sur le GR20. On trottine sur un joli single dans la fraicheur des bois, et ce n’est pas pour nous déplaire ! Mes jambes commencent à être lourdes sur les derniers km, et c’est bien contente que je les laisse partir sur le vélo !

Les filles font encore une belle section vtt, elles se régalent dans ces chemins, malgré quelques passages techniques qui en font voir à Pauline : et hop un petit soleil ! Mais elle ne lâche rien et s’accroche derrière Carine la machine en descente !

C’est un petit repos bien mérité que l’on prend ensuite, avant de partir pour la longue nuit de trail !

Le départ se fait en masse, et on n’aime pas trop ça ! L’allure est rapide, on met la laisse, et il n’est pas possible d’orienter de nuit avec la laisse… je sens l’erreur venir, l’annonce, et … elle arrive ! Demi-tour collectif, ça part à droite, à gauche… on prend la décision trop vite et on coupe à travers un bois bien ouvert au départ… le bois se referme sur nous, on s’enferme dans le maquis… il y a des équipes dans tous les sens… on insiste et on s’enfonce un peu plus dans la visite de ce maquis avec 2 autres équipes. On va y passer beaucoup de temps… c’est sympa mais bon ce n’est pas ce qu’on cherche ;-)… on hésite… on cherche… on hésite… on va finalement redescendre pour retrouver une rivière qui coupe le chemin. On coupe le chemin, sans le voir, et on en trouve un autre juste en dessous, ouf ! On voit qu’on est juste à côté et en ouvrant bien nos 12 yeux, on trouve le chemin… il se planquait dans le maquis… on le perdra plusieurs fois en le suivant tellement il sait bien se camoufler ! Ce doit être une qualité Corse ! Bon maintenant qu’on a pris quelques heures de retard, on trottine pour finir la section, et peut être dormir un peu !

Arrivées au bout de la section, on ne passe pas la porte horaire ;-) avec 2 h de retard ! On va s’allonger sur notre bâche pour attendre notre assistante Pauline que l’organisation doit appeler pour qu’elle vienne nous chercher. Problème, il est 5h55, les assistants peuvent venir nous récupérer à partir de 6h, et l’organisation n’a pas encore pu joindre Pauline… il y a 1h30 aller de route pour venir, et 1h30 retour… le départ de la section suivante est à 8h… on n’y sera jamais ! A moins que… on négocie avec une autre équipe, et hop ils nous chargent dans leur camion : ouf !

On retrouvera Pauline au col, au départ de la section suivante.

 

 

J3 : Trail + canyon + trail 5km – VTT 59km (2500 D+) – Trail’O 14km

Je repars avec Pauline à 8h avec les équipes présentent, il y a eu des retards dans les transferts ! On s’accroche aux premières équipes pour ne pas bouchonner dans le canyon, et ne pas perdre de temps afin de passer les barrières horaires en VTT et garder un peu de temps pour le trail’O du soir. C’est un joli crapahut pour arriver en haut du canyon, et ensuite une série de superbes toboggans ! C’est magnifique, et en plus on s’amuse : ces vacances en corse sont vraiment extras ! 2 jolis rappels ponctuent cette descente rafraichissante pleine de toboggans ! Ca fait du bien après une courte nuit à la fois pour moi qui était en course, mais aussi pour Pauline qui a beaucoup roulé et n’a pas eu tant de temps que ça pour se poser !

On rejoint le col, et je laisse la place à Carine qui a juste eu le temps d’une mini sieste avant d’enfourcher son vélo. Elles s’attaquent d’abord à la montée du Col de Bavella, par la route, sous la chaleur… il n’est que 10h, mais il doit déjà faire au moins 30°C ! Elles s’en sortent à merveille, Carine feinte Pauline en lui disant qu’il ne reste que 2 virages mais elle n’est pas dupe : 5 ou 6 virages plus loin, c’est le sommet, et enfin un peu d’air et de descente !

Je les retrouve un peu avant la fin de la section, elles ont super bien roulé, l’orientation se passe toujours bien, et elles repartent donc toutes les 2 pour boucler les 60km. La fin est un peu dure, les km s’accumulent… mais elles s’accrochent !

Et hop nous voilà réunies à Lévie pour le Trail’O ! Il nous reste 2h, on va en profiter pour aller faire quelques balises. Je pars avec Pauline. L’allure est plus cool, elle vient de faire 60km de vtt ! J’en profite pour regarder le paysage, papoter et encourager Popo (je dois la saouler ;-)) : le trail fait un aller-retour, il s’agit de gérer notre temps pour arriver avant la porte horaire. On arrivera à la 4ème balise : c’est top, peu d’équipes en font autant ! Pauline s’accroche au retour, c’est extra, et on pourra même finir tranquillement, on est en avance !

Pendant ce temps, c’est la course à l’essence pour Carine en mode assistante, et c’est nous qui arrivons prem’s à l’arrivée ! Ce n’est pas grave, le « fou » du village nous fait la conversation, puis c’est au tour de la fontaine du village de nous offrir un bon bain de pied !

Nouvelle cérémonie, nouveaux maillots, et nouvelles bières !!! Elle n’est pas belle la vie !

Au dodo pour une courte nuit, Pauline et Carine partent à 5h00 demain..

J4 : VTT 59km (1500D+) – Kayak de mer 24km + 8km – Coastering et Trail 14km – Trail’O 17km

Départ matinal pour les VTtistes, un gros morceau les attend ! Beaucoup d’équipes choisissent de ne pas faire le début de la section et de prendre le départ à Pont Ortolo, à 14km de l’arrivée. Mais nous on essaie de tout faire, alors pas question d’en zapper un bout pour l’instant ! On avance et on fait notre max, et on verra bien ce que ça donne !Canoe corsica raid Oxsitis

Les filles partent assez vite, elles connaissent la porte horaire serrée à Pont Ortolo et s’accrochent à l’équipe Salomon ! Une descente un peu raide, et elles les perdent de vue, mais pas la porte horaire, et c’est le couteau entre les dents qu’elles arrivent, pile à l’heure ! Même pas le temps de venir jusqu’à l’assistance où un bon ravitaillement les attendait, elles doivent repartir sur le champ pour ne pas être régulées ! Je les aperçois au loin, et la course démarre pour moi aussi : il s’agit de préparer le kayak avant la porte horaire de départ kayak, et il ne faut pas trainer ni pour moi, ni pour elles ! 1h20 pour 14km. Sur le vélo, Carine et Pauline ne savent pas exactement l’heure de départ kayak. La section est dure avec des passages dans le sable.

Le kayak est prêt, plus l’heure de départ approche, plus je mets de choses sur ou dans le kayak : il n’y aura plus qu’à sauter dedans si elles arrivent juste à l’heure ! Mais les autres équipes partirons sans nous.. Hop on range tout, on les rejoindra sur une plage plus loin pour faire les 8 derniers km de kayak : ceux sont nos épaules qui vont être contentes !

Nos vttistes arrivent avec 20 minutes de retard, il n’y a pas de regret à avoir, et puis le fait de repartir avec la 1ere équipe sur le kayak nous laissera un peu plus de temps pour le dernier trek’O.

Je pars dans les starts avec Pauline derrière Lafuma pour les 8km de kayak. Enfin on ne les verra pas longtemps : ils tracent avec leur bateau ! Il faut longer la cote : c’est délicat de savoir vraiment à quelle distance, certaines équipes coupent plus que nous, c’est un peu rageant, ils nous redoublent alors qu’on venait de les passer… mais au moins, on a bonne conscience, on a suivi la cote et les consignes !

Pour Carine et moi, c’est retour sur nos pas en coastering : c’était très chaud pour l’assistance ! On finit le kayak, alors que Carine n’est pas arrivée : il paraît que ça bouchonne dans le village au dessus… l’organisation ne sait pas pour combien de temps ils en ont, donc on envisage de repartir Pauline et moi. Mais on n’a pas toutes nos affaires : courir sans chaussettes avec les chaussures pleines de sable pour moi, et Pauline qui ne devait pas faire la section a juste envie de se reposer un peu !! Heureusement, on n’a pas le temps de réfléchir longtemps, Carine est là et on repart en laissant Pauline gérer tout le bordel : kayak et affaires… merci !!

Il fait chaud sur le coastering, très chaud, on apprécie et profite des passages pieds dans l’eau, on s’offre même des bains de têtes salvateurs… L’enchainement après les sections de kayak est dur car on n’arrive pas vraiment à s’alimenter ni boire pendant la section : il faut à chaque fois s’arrêter de pagayer, donc on boit le strict minimum. Derrière il faut donc compenser le manque d’hydratation ! La section nous amène au village de Monacia d’Aullène pour le dernier trail’O ! On en discute sur la fin, Carine est partie pour le faire avec moi, pensant que Pauline ne veut pas courir, et lorsqu’on arrive, on voit Pauline à fond et en baskets ! Je propose de regarder la carte, et si l’orientation semble aussi simple que la veille, je laisse ma place : la chaleur me plombe les jambes, j’ai l’impression de ne plus avancer et je sais que Pauline et Carine iront plus vite ensemble.

La section paraît simple, on trace le circuit : un aller-retour d’un côté puis une boucle de l’autre. Carine et Pauline partent sur une section à l’orientation simple de prime abord, mais qui s’avèrera bien technique ! J’apprends une fois les filles parties que les équipes galèrent… aïe je regrette ma décision… Mais elles gèrent en fait super bien leur trail’O ! Elles découvrent les habitations cachées de Corses, petites maisons taillées dans les rochers, et enchaînent les balises et se baignent dans les rivières : il fait chaud dans le maquis… Elles reviennent dans les temps, avec un seul poste manquant : la classe !!

La terrasse du café d’en face nous appelle pour une boisson fraîche bien méritée qui clôture cette 4ème journée !

Super buffet le soir, musique corse et cérémonie avec pour nous un nouveau maillot rose (et des bouteilles de vin qui disparaissent !) On commence à avoir des réservations de t-shirts roses !

 

 

J5 : VTT 29km (+14km) + 8km liaison – Kayak de mer 18km – Coastering et trail 6km – Coastering et trail’O 11km – Kayak de mer 5km

corsica raid OxsitisDernier jour ! Départ en camion pour un transfert routier. On n’arrête pas de monter, la section vtt qui arrive en bord de mer promet de belles descentes et de sacrés points de vues !

C’est parti pour Carine et Pauline en VTT donc (on ne change pas une équipe qui gagne !) qui vont se faire plaisir dans ces belles descentes parfois bien techniques comme les aime Pop’s ! Elle dit ça, mais elle suit super bien derrière Carine l’avion de chasse, et elle n’a plus peur de rien (ou presque !)

Elles ne font pas la boucle optionnelle de 14km, on n’aurait pas passé la porte horaire du kayak, les premières équipes ont déjà eu du mal alors c’était la bonne stratégie.

Carine et moi partons donc sur le kayak, toujours en poursuite derrière les avions Lafuma, mais je crois qu’ils cachent une voile ou un moteur quelque part sur leur kayak ! on s’accroche, un petit coucou à Pauline au milieu de la section, et on enchaine les 7 derniers km. C’est magnifique, en on prend encore et toujours plein les yeux !

On repart ensuite pour un mini coastering avec Pauline puis un trail : dommage on voulait qu’elle goûte aux joies du coastering, mais on a plutôt goûté au bitûme et à un chemin de boue ! on cherche à l’éviter sur les premier pas, puis zut j’ai pas envie de bouchonner pour 40cm de boue, alors hop je plonge dedans et oblige donc Pauline à faire de même ;-) la suite du chemin nous donnera raison car tout le monde sera obligé de patauger dedans pendant un bon moment !

C’est l’arrivée sur la plage : juste le temps d’une petite douche rafraîchissante et c’est l’heure du départ en masse pour le trail’O. Je pars avec Carine. Tous ces petits arrêts et le fait qu’on tourne entre les sections fait qu’on se met au taquet à chaque nouvelle épreuve ! Donc on va se tirer la bourre pour gagner quelques petites minutes sur ce Trail O’ balises. 2 allers retours à faire. On repasse devant Pauline pour aller chercher une balise à 6’, puis il ne nous reste qu’une boucle pour 3 balises à 1 et 2minutes. On regarde le chrono et on se regarde : on a le temps, et même si les balises ne valent presque rien, on est prises dans le jeu et on fonce ! Retour sur la plage, les jambes me piquent mais on est contentes, on a tout pris !

Enfin l’ultime départ ¼ d’heure plus tard : 5km de kayak de mer, le tour de la baie. Le bruit court que les 1ères équipes ne veulent pas faire la course mais ça part quand même fort, à part Lafuma qui s’amuse à venir voir toutes les équipes, et les jolies filles dans les bateaux ancrés dans la baie ! Carine a squatté un bateau de l’organisation et nous encourage : c’est extra ! On donne tout avec Pauline, et on fini ce raid avec le sourire ! On passe la ligne d’arrivée toutes les 3, main dans la main, une pietra mousseuse sur la tête !

Cette image représente bien notre raid ! Une belle équipe, une belle région, des bières et un maillot rose gagnés tous les soirs, et le plaisir qui se lit sur nos visages (en plus de la fatigue ;-) )

La soirée de clôture, c’est toutes les équipes et les organisateurs réunis autour d’un buffet ! Les équipes passent une à une sur le podium, dans l’ordre inverse du classement. On a réussi à conserver notre top 10, on est super contentes, et bien sûr notre 1ère place chez les filles ! On gagne encore quelques bières pour compléter notre collection !

Merci les filles pour cette belle aventure…

Et à très vite pour de nouvelles aventures en mode XX !

Vainqueur fille corsica raid Oxsitis

PS: la bière est à consommer avec modération. Attention pour les sportifs ce n’est pas une boisson de récupération, la bière est néfaste à la récupération.

 

Laisser un commentaire

  • Boutique en ligne

      Cliquez sur le produit de votre choix

  • Oxsitis, devenez Fan!

        • Archives

          maud-gobert-team-oxsitis-odlo

          UTMB 2017 – Un Bon Millésime !

          L'édition de l'ultra trail du Mont-blanc 2017 a été un sacré millésime. Nous vous remercions tous de nous faire confiance...

          Blog

          Oxsitis, Fournisseur en nutrition sportive du Haut Niveau

          Oxsitis est devenu en quelques années l’une des références en matière de nutrition dans le monde du sport professionnel. Surtout...

          zegrrzgey2s

          Les Sacs Oxsitis, tous les tests sont unanimes : le top

          Trails Endurance Mag les a testés pour vous ! Vous avez besoin d’un nouveau sac pour votre prochain Ultra Trail...

          article-blog-sac-femme-oxsitis

          Un sac pour les FEMMES, mais Pourquoi ?

          La morphologie Féminine n'est pas celle de l'homme, on ne vous apprend rien! Et pourtant Oxsitis est la seule marque...