Posted by: On 08 décembre, 2011 Category: Actualités, Oxsitis Labs-nutrition Partager sur Twitter Partager sur Facebook

Comment s’hydrater durant le Dakar

Dakar 2012

Le Dakar 2012 qui se déroulera du 1er au 15 Janvier 2012 reliera cette année Mar Del Plata en Argentine à Lima capitale du Pérou. Sont attendus près de 200 pilotes Moto, presque autant de pilotes Auto, une trentaine de pilotes Quad et enfin plus de 70 pilotes Camion. En tout plus de 500 participants vont affronter la chaleur de l’Amérique Latine pendant 15 jours. Dans ce genre d’épreuve, l’hydratation est au cœur de la performance mais surtout de la santé des pilotes. Plusieurs cas graves de déshydratation ont déjà été répertoriés tant l’effort et les conditions climatiques sont intenses. Récit des risques et des conseils nutritionnels pour performer mais avant tout se protéger.

 

Chaleur, ennemi public n°1

Avec des températures oscillant entre 30 et 50°C en plein soleil, l’organisme des pilotes sera soumis à rude épreuve. D’une part, l’exercice physique va entrainer une élévation de la température corporelle en raison de l’activité musculaire impliquant une production d’énergie métabolique. D’autre part, la chaleur environnante va contribuer à accentuer ce phénomène et les mécanismes thermorégulateurs mis en jeu par l’organisme vont très vite être dépassés. L’élément « chaleur » aura donc un impact considérable sur la performance, mais également sur la santé du sportif. Bien sur, l’organisme va activer des systèmes compensatoires (transpiration, vasodilatation) mais sans un apport nutritionnel et hydrique adapté, les pilotes seront exposés à de réels dangers (hyperthermie, hyponatrémie …).

Des risques pour la santé

Lorsque la déshydratation se limite à des désagréments comme la sensation de soif, on se dit qu’il est facile de rattraper la perte hydrique. Grossière erreur ! Même avec des apports fréquents pour anticiper la soif, on ne peut couvrir totalement les besoins hydrique de l’organisme. Lorsque ces inconforts se transforment en risques et surtout en mise en danger de la santé du sportif, cela devient pus grave.

Pour bien comprendre les effets délétères de la déshydratation en situation d’efforts, il faut identifier les risques que cela implique. Hyponatrémie, hypovolémie, œdèmes, crampes, coup de chaleur et troubles digestifs peuvent être évités à condition d’anticiper la soif .

La crampe : A son origine, un déséquilibre entre le taux de sodium et le taux de calcium. La transpiration va permettre d’évacuer la chaleur pour maintenir la température de l’organisme constante. Mais dans la sueur, outre de l’eau, on va retrouver de nombreux micro nutriments tels que le sodium ou le potassium. Cette perte considérable en sodium va déséquilibrer le gradient sodium/calcium à l’intérieur de la cellule et va provoquer cette contraction involontaire : la crampe !! Elles peuvent être évitées si l’on anticipe la sensation de soif et que l’on compense les pertes sudorales en sodium et en autres micro nutriments par une boisson énergétique adaptée.

Le coup de chaleur. Les manifestations sont multiples : peau très chaude, vomissements, état de confusion et au pire, coma, convulsions, choc cardiovasculaire, détresses respiratoires suivi du décès si l’on n’intervient pas à temps.

L’hyponatrémie : normalement la sueur que nous évacuons est hypotonique c’est à dire que hors efforts sportifs, il y a peu de pertes électrolytiques. Mais dans des situations comme celles que vont vivre les pilotes, la quantité d’électrolytes perdus est très élevée et le déficit en sodium, de ce fait, dangereux. Sans vouloir noircir le tableau, les troubles causés par une hyponatrémie sont nombreux : nausées, vomissements, dégoût de l’eau puis céphalées, convulsions, difficultés respiratoires, coma, voire décès. L’apport en sodium n’est donc pas à prendre à la légère surtout par forte chaleur. La stratégie nutritionnelle des coureur devra donc comprendre un apport régulier en eau mais également en sodium.

Une diminution de la performance

Afin de protéger le corps d’une élévation de température trop importante, l’organisme va devoir faire un choix. Continuer à alimenter le système musculaire et maintenir le niveau de performance ou bien privilégier l’évacuation de la châleur au niveaux des systèmes périphériques. Et celui-ci choisit toujours les mesures à visées protectrices au détriment de la performance. Ainsi, si les pilotes ne prennent pas soin de s’hydrater régulièrement et de compenser leurs pertes sudorales avec une boisson enrichie en minéraux, ils vont inconsciemment favoriser les mécanismes de déshydratation et ainsi jouer négativement sur leur performance.

 

Pour lutter, du courage et une boisson adaptée

Certes l’organisme va mettre tous les moyens en oeuvre pour lutter contre la chaleur et l’apparition d’une éventuelle déshydratation. Mais, dans des conditions extrêmes telles que celles que vont affronter les pilotes du Dakar 2012, un petit coups de pouce sera nécessaire. Un apport hydrique enrichit en glucides et en micro nutriments soulagera l’organisme et paliera les pertes liées à l’effort et à la chaleur. D’une part, la dépense énergétique liée à l’effort va entrainer un besoin glucidique pour restructurer les stocks de glycogène mais également de sodium, potassium, chlore pour répondre aux pertes causées par la transpiration.

Des boissons réhydratantes et adaptées aux conditions climatiques répondront parfaitement à ce type d’efforts comme le Dakar ou tout les autres rallye raid en milieu chaud.

Sources : Wilmore & Costill (1998), Jukendrup (2004), Febbraio (1996), Schwellnuss (2009), Botwell & coll. (1995)

Julien RAOUX,

Oxsitis Labs-Nutrition

Laisser un commentaire

  • Boutique en ligne

      Cliquez sur le produit de votre choix

  • Oxsitis, devenez Fan!

        • Archives

          hydragon pulse

          Oxsitis® devient l’une des références de sacs et ceintures de Trail Running

          Oxsitis® la marque Française qui devient l’une des références de sacs et ceintures de Trail Running. Oxsitis, part ci, Oxsitis...

          triathlon oxsitis

          Comment préparer son triathlon : les conseils d’Oxsitis

          Le triathlon est une discipline sportive constituée de trois épreuves d’endurance enchaînées : natation, cyclisme et course à pied. Même s’il...

          Oxsitis marathon de paris

          La marque Oxsitis® sur le salon du running du Marathon de Paris 2017

          La marque française Oxsitis®, référence internationale dans le domaine de l’hydratation de tous les sportifs, s’implante durant trois jours à...

          courir-le-marathon-de-paris

          J-30 avant le Marathon de Paris

          La période des marathons de printemps est enfin arrivée. Dans le cadre des conseils développés au sein de sa Box Marathon,...