Posted by: On 25 juin, 2011 Category: Actualités, News Ambassadeurs Partager sur Twitter Partager sur Facebook

Fabrice VERCRUYSSEN – Grand trail des Ecrins

fabrice-vercruyssen-trail-des-ecrins

Récit de course-Grand trail des écrins (18-19 juin 2011)

Le grand trail des Ecrins est une course par étapes s’opérant sur deux journées, un concentré de 9000 m de dénivelé et de 82 km dans des décors inoubliables. Le premier jour était une étape de « mise en jambes » sur une distance de 42 km (2500 m D+) se déroulant sous un ciel gris de pluies battantes. Les quelques rayons de soleil qui ont pu briser sporadiquement cette épaisse couche de nuages gris nous plongeaient dans une atmosphère atypique, à la fois rude et extraordinaire…Une magie de couleurs et des appuis au sol des plus imprévisibles. En effet, de nombreux passages se sont réalisés au coeur des pâturages d’altitude, dans la boue et les petits torrents mais également dans l’herbe haute verdoyante où l’anticipation des trajectoires au sol était difficile…Bref, une véritable alchimie de technicité qui donnait à cette première étape un côté à la fois ludique et déstabilisant. Dans ce décor de montagne propice à la méditation et à la métaphore, je n’étais pas dans un grand jour en perdant beaucoup de temps dans mes choix de vêtements in situ et mes ravitaillements. Le froid (surtout au niveau des mains) m’a également perturbé dans la manipulation de mes tubes énergétiques qui habituellement se réalise sans difficulté majeure. Je me suis accroché pour décrocher une 19ème place en 4 h 55. Content mais un peu frustré tout de même sur le déroulement de la course. Sur cette première étape, j’ai utilisé 3 tubes climadrink (10-25°C), 2 gels de 25 g (dosés à 5.5 % de glucose), approximativement 1.4 l d’eau, un verre de coca et 4 tranches d’abricots secs au premier ravitaillement.

Levé à 5 h 45 du matin pour la seconde étape, je voulais absolument me racheter et reconquérir quelques places…en quittant le chalet de mon ami JM, le petit footing d’avant course laissait présager de bonnes sensations, les courbatures n’étaient pas violentes voire inexistantes, les rations glucoprotéiques de récupération de la veille y contribuaient certainement. En d’autres termes, je me sentais bien et qui plus est, le soleil comme on l’aime en montagne était revenu pour clôturer ce grand trail des Ecrins. Un délice bucolique rêvé ! La difficulté ascensionnelle nous attendait sur cette étape « typée » montagne avec une montée interminable jusqu’au col de Vallouise culminant à plus de 2600 m. Il m’a fallu 3 h 19 pour atteindre ce col de toute beauté en alternant course et marche rapide…Je n’ai pas été véritablement gêné par l’altitude dans les efforts déployés pour vaincre cette nature absolument féérique nous offrant des paysages et des panoramas que mes tiroirs du cortex retiendront un long moment. Parti dans les 10 premiers, je me suis senti bien quasiment sur toute l’ascension, perdant seulement 2-3 places au sommet du col de Vallouise. Mon rythme de marche était relativement dynamique mais c’est un aspect que je dois travailler plus à l’entraînement pour les courses de l’année prochaine. Arrivé au col, je savais qu’une descente technique de plus de 10 km m’attendait pour gagner la vallée de Pelvoux puis de Vallouise. La descente étant ma spécialité, j’ai donc repris 3 coureurs assez facilement en adoptant une bonne vitesse de descente (entre 13-15 km/h), slalomant entre les pierres et les racines, j’adore cet exercice. Je suis arrivé seul dans la vallée sans personne derrière moi (l’écart était au moins de 3 min sur mes poursuivants) et sereinement, j’ai délecté les derniers sentiers m’amenant jusqu’à la ligne d’arrivée en 4 h 38 à la 12ème place pour couvrir 40 km et 2500 m D+. Les conditions climatiques « à la varoise » m’ont aidé à revenir dans le classement général où je termine à la 14ème place. Sur cette seconde étape, j’ai consommé 31/2 tubes climadrink, 1 gel énergétique de 25 g, 3 verres de Coca et quelques bananes tranchées sur les ravitaillements. Une expérience qui ne peut pas rester éphémère et qui me pousse à la consommation raisonnée dans un futur proche. Je serai donc au départ du minichampsaur le 3 juillet (37 km/2200 m D+) et à Névache pour gravir le mont Thabor (42 km/2400 m D+) le 17 juillet avant de prendre une pause famille de 2 semaines.

 

Bilan du challenge des trails varois 2010-2011

 

Ce challenge a débuté en Novembre 2010 (trail du Revest) et s’est terminé à Porquerolles pour la finale le 5 juin dernier (cf. planning des courses / rubrique Ambassadeurs 2011). Mes résultats sont les suivants :

- Trail du Revest : 5ème

- Trail de Bormes les mimosas : 10ème

- Trail de Puget : 8ème

- Trail de Signes : 11ème

- Trail de Collobrières : 10ème

- Trail de Porquerolles : 7ème

Je termine à la 3ème place Sénior de ce challenge qui m’a permis d’accumuler de l’expérience dans cette activité découverte il y a moins de 3 ans (suite à un échec sur marathon) mais surtout, de mieux connaître mon profil d’adaptation et de récupération sur des distances et des dénivelés variés. Vivement l’année prochaine pour l’application de nouvelles méthodes d’entraînement et l’espoir d’aller chercher encore plus loin !!

Laisser un commentaire

  • Boutique en ligne

      Cliquez sur le produit de votre choix

  • Oxsitis, devenez Fan!

        • Archives

          pancar-suyu-700x400

          DOSSIER SPÉCIAL : JUS DE BETTERAVE ET ACTIVITÉ PHYSIQUE

          Nous connaissons tous la célèbre betterave rouge qui vient composer nos salades, qu’elle soit crue ou cuite. Nous connaissons tous...

          Stage de trail running

          PARTAGEZ DE NOUVELLES EXPERIENCES TRAIL

          Week-end d'entrainement Spécifique Trail (tout niveau). Vous serez hébergés dans des lieux insolites offrant séances de relaxation et bien-être. Oxsitis...

          sac oxsitis

          Sortie de la nouvelle collection Oxsitis 2017

          Oxsitis sort sa nouvelle collection 2017 de matériel d’hydratation (bagagerie technique). Vous retrouverez dans cette collection des sacs d’hydratation et...

          hydragon pulse

          Oxsitis® devient l’une des références de sacs et ceintures de Trail Running

          Oxsitis® la marque Française qui devient l’une des références de sacs et ceintures de Trail Running. Oxsitis, part ci, Oxsitis...