Posted by: On 31 mai, 2010 Category: Actualités Partager sur Twitter Partager sur Facebook

1020K et Jean-Michel Niobé

Retour sur le 1020k, après plusieurs semaines Jean Michel NIOBE revient sur son aventure. En exclusivité pour OXSITIS

OXSITIS : Bonjour Jean Michel, peux-tu te présenter rapidement ? (ton âge, ou tu habite, situation familiale)

JMN : 35 ans, je réside à Briançon dans les Hautes Alpes, tout nouveau célibataire et pas d’enfants pour l’instant

OXSITIS : Peux-tu nous faire un petit récit de ta formidable aventure en kayak de descente?

JMN : C’est 10 jours incroyable, tout est allé très très vite malgré la longueur des journées. Pour ma part tout était intense, je n’ai pas vraiment capter ce qu’il m’arrivait, j’étais tellement ailleurs ! J’avais Pierre mon coach, qui me préservait du monde ext, il gérait les journalistes qui voulaient faire des ITV en pleine journée pendant l’effort, il gérait les paramètres extérieure, il a réussi à me mettre dans une bulle imperméable à tout ! Moi je n’avais que la navigation, l’effort et mes douleurs à contrôler, ce qui n’était pas simple, j’ai souvent fini la nuit avec parfois des 1H30 du matin dans les parties rivières, au départ c’était intriguant de passer des rapides en pleine nuit, je faisais tout au bruit et avec son volume je savais à peu ou aller et ou me placer, c’était dangereux , mais pas le choix la réussite du projet en dépendait alors je me suis fait violence ! L’anecdote du défi est la parfaite symétrie entre le départ et l’arrivée au niveau danger, le 1er jour et le dernier sont les mêmes, dans les 2 cas je suis passé pas loin de la fin et pour aller au but de ce projet j’ai fait appel au base et au rudiment que l’on apprend au début ! Je retiens une seule chose au finale c’est le mot « Intensité » et ma blessure au bout de 20′ le 1er jour. Après la Loire c’est magique et c’est vraiment un fleuve à part certain l’appel le fleuve Royale.

OXSITIS : Quels ont été tes motivations pour faire cette traversée de 1020km en 10 jours ?

JMN : Déjà je l’ai réalisé en 10 jours et 9h30 du fait de ma blessure, ensuite ce projet était en moi ! Quand j’étais petit et que je sillonnais les plages de la Loire tel un aventurier, je me demandais vraiment d’ou venais toute cette eau, j’avais appris qu’elle provenait du Gerbier mais ces tout ! Alors je voulais absolument le voir et le vivre , ça été une des motivations, ensuite il y avait le coté sportif ou je voulais être le 1er à faire cette intégrale avec un timing aussi court cette ambition a été un vrai moteur pour moi, l’autre c’était la maladie, je voulais absolument de part mon défi aider cette cause qui est aussi la mienne !

OXSITIS : Dans quel état d’esprit as-tu abordé cette aventure ?

JMN : Comme tout projet la veille j’avais peur, j’étais angoissé, j’essayais d’anticiper tous les problèmes à venir, j’étais sous tensions mais j’avais aussi ce coté Zen en moi qui me donnait une immense confiance, jamais je n’ai eu autant d’optimisme et de réalisme sur un projet, malgré tous les paramètres qui pouvait réduire à néant la préparation et la réussite de celui-ci.

OXSITIS : As-tu eu une préparation spéciale pour préparer ton aventure ?

JMN : Biensur, je me suis préparer quasi un an avant avec de l’entrainement spécifique, j’ai commencer à faire des séances plus longues mais moins violente, j’ai bossé la force résistance coupler à des sous objectifs en compétition afin d’avoir des étapes intermédiaires. Enfin a partir du mois Mars 2010 j’ai commencé les séances longues entre 3 et 5h de kayak sur le lac de Serre Ponçon à quasi 800 m d’altitude, j’attendais que le vent se léve et j’y allais afin de travailler les conditions rude et difficile pour habituer le mentale à se genre de paramètre, bien heureusement car à Saint Nazaire j’ai lutter pendant 5 h face au vent et un quasi avis de tempête…

OXSITIS : Tu es atteint de la spondylarthrite (maladie auto-immune qui touche les articulations) comment la gérait-tu au quotidien pendant la traversée ?

JMN : J’étais tellement concentré, que je ne ressentais pas trop de douleurs de la SA et j’avais tellement mal à l’épaule que c’était dissimuler par cette douleur. Aussi comme d’habitude je faisait attention à mon alimentation, mon hygiène de vie et tous les soirs on faisait de longues séances d’étirement stretch malgré parfois des horaires tardifs mais comme je dis vaut bien dormir peu mais bien que plus mais avec des douleurs, tu te reposes moins !

OXSITIS : Te sens-tu comme l’ambassadeur de ta maladie ?

JMN : Ambassadeur je sais pas pour ma part je dirais plus comme un élément moteur, mon but est d’aider et d’apporter une pierre à l’édifice par ce que je fais, peut-être que l’on me voit comme tel , je ne le sais pas et en tout cas je ne me pose pas cette question !

OXSITIS : Quel accueil as-tu eu à ton arrivée à St Nazaire?

JMN : MDR, du faite de mon retard ( +4h30) bcp de gens sont partis, mais ce fut un accueil formidable il y avait les acteurs du défi et d’autres personnes ainsi que quelques presses c’était génial on a fait ça en petit comité chaleureux !

OXSITIS : As-tu conscience de l’exploit que tu as accompli ?

JMN : Pas trop, même aujourd’hui je ne réalise pas vraiment, parfois j’ai des flashs qui me font penser à cette aventure, j’ai reçu bcp de félicitation et donc ça m’a aidé à comprendre ce que j’avais fait ! J’espère qu’un jour quelqu’un le tentera, histoire de voir.

OXSITIS : Après ta blessure au début de ton aventure, as-tu douté ?

JMN : Des l’impact au sol, je sais que ça va me couter chère cette erreur ! C’est en fin de journée à l’arrivée de la 1er étape à Brivecharrensac ou j’ai douté, mon épaule était dure comme de la pierre, il fallait trouver un ostéo d’urgence et c’est seulement le lendemain matin à 11H que j’avais un rdv. A la sortie du RDV, j’ai repris confiance tout en sachant que cela serait extrêmement dure, mais le mental était la, j’ai rien lâché, j’ai demandé à mon corps de mettre en veille cette douleur et chose incroyable ça a marché , car aujourd’hui je la soigne activement et croyez moi ces très douloureux !

OXSITIS : Si tu devais garder une image de ton aventure, ça serait laquelle ?

JMN : L’image d’une équipe soudée autour d’un projet, la joie et la bonne humeur qui émanaient de l’équipe et les nombreux témoignages sur FB, texto et mail, c’était immense !

OXSITIS : Ton prochain Everest ?

JMN : Peut être l’Everest !!!!! + sérieux j’ai déjà les courses pour le championnat et les finales des championnats de france à Bourg Saint Maurice du 14 au 18 juillet ensuite les marathons internationaux comme la Loire et L’Ardèche.

A plus long terme j’aimerai m’attaquer des 2011 au record de la traversé Nice-Ajaccio en kayak détenu par des Corses en 18H et quelques minutes avec un biplace, moi je le ferai en solo et d’Ajacio à Nice, ensuite je pense à un autre Fleuve 3 fois plus long que la Loire avec l’idée d’un autre record !

Je vais aussi participer à quelque course deux roues pour le fun ! Avis aux partenaires il va falloir ce rencontré pour tout ça !

Laisser un commentaire

  • Boutique en ligne

      Cliquez sur le produit de votre choix

  • Oxsitis, devenez Fan!

        • Archives

          maud-gobert-team-oxsitis-odlo

          UTMB 2017 – Un Bon Millésime !

          L'édition de l'ultra trail du Mont-blanc 2017 a été un sacré millésime. Nous vous remercions tous de nous faire confiance...

          Blog

          Oxsitis, Fournisseur en nutrition sportive du Haut Niveau

          Oxsitis est devenu en quelques années l’une des références en matière de nutrition dans le monde du sport professionnel. Surtout...

          zegrrzgey2s

          Les Sacs Oxsitis, tous les tests sont unanimes : le top

          Trails Endurance Mag les a testés pour vous ! Vous avez besoin d’un nouveau sac pour votre prochain Ultra Trail...

          article-blog-sac-femme-oxsitis

          Un sac pour les FEMMES, mais Pourquoi ?

          La morphologie Féminine n'est pas celle de l'homme, on ne vous apprend rien! Et pourtant Oxsitis est la seule marque...